Jesus Bikers : Le chrétien > La vie chrétienne > Le couple

Le couple
Print


Dieu a prévu pour chacun un mariage ou célibat heureux



Avec qui se marier ?

Dans l' église chrétienne, l'apôtre Paul recommande de se marier " dans le Seigneur ",
c' est à dire uniquement avec une personne chrétienne convertie. (1 Corinthiens 7. 39)
Il met en garde contre certaines associations, à cause du danger de l'abandon de la foi
ou des difficultés trop grandes à rester fidèle au Seigneur. (2 Rois 8. 27, Deutéronome 7. 3)
Dans ce passage, Dieu indique clairement la raison de son interdiction :
" Tu ne contracteras point de mariage avec ces peuples, tu ne donneras point tes filles à leurs fils,
et tu ne prendras point leurs filles pour tes fils. " (Deutéronome 7. 4)
" car ils détourneraient de moi tes fils, qui serviraient d' autres dieux... "
Ce qui s' est d' ailleurs produit :
" Ils prirent leurs filles pour femmes, ils donnèrent à leurs fils leurs propres filles, et ils servirent leurs dieux. " (Juges 3. 6)
Le grand roi Salomon, malgré la sagesse que Dieu lui avait accordé, fut entraîné lui-même
dans l' infidélité, parce qu' il ne se conforma pas à la Parole de Dieu (1 Rois 11. 1 à 4)
Le roi Achazia se trompa aussi : " Il marcha dans la voie de la maison d'Achab, et il fit ce qui est mal aux yeux de l' Éternel, comme la maison d' Achab, car il était allié par mariage à la maison d'Achab. " (2 Rois 8. 27)
On retrouve le même souci dans l' écrit de Paul en 2 Corinthiens 6. 14:
" Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice
et l' iniquité? ou qu' y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? Quel accord y a-t-il
entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l' infidèle? Quel rapport y a-t-il entre
le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit :
J' habiterai et je marcherai au milieu d'eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
C'est pourquoi, sortez du milieu d'eux et séparez-vous, dit le Seigneur, ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. "
En lisant ces textes et quelques autres nous devons bien comprendre qu' en plus du danger
de l' infidélité à Dieu, il s'en suit des situations difficiles et des conflits que produit la vie en commun de deux personnes dont la foi est différente et les opinions opposées.
Difficultés de compréhension et d'accord commun.
Opposition à la pratique de la foi.
Séduction et entraînement à des pratiques idolâtres ou impures.
S' ajoute à ces difficultés un autre problème important, celui de l'éducation et de la foi des enfants.
Aussi, la solution la meilleure c ' est de se marier dans le Seigneur, l' homme et la femme étant tous les deux des chrétiens convertis. (1 Corinthiens 7. 40)

Les fiançailles

Durant les fiancailles il n’ y pas encore de promesse définitive donc on peut encore changer d’ avis
et ne pas s’engager si on pense que c’est souhaitable.

Les fiançailles ont un but bien défini
Elles sont un temps de préparation, une approche progressive et une écoute de l’autre
afin de mieux se connaître , un temps de découverte , de romance , d’aventure et de fun.
Les amoureux prennent le temps de déterminer s’ ils sont vraiment faits pour passer toute la vie ensemble.
Le mariage lui , engagement réaliste et désiré par Dieu , sera un don mutuel des époux :
“ Je me donne à toi pour t’aimer fidèlement durant toute la vie, pour le meilleur et pour le pire,
pour toujours , je te prends pour conjoint .” Les fiancailles sont enfin un temps de vigilance
et de maîtrise de soi, afin d'éviter les pièges de la sexualité facile .

Les relations sexuelles durant les fiançailles
On sait que Dieu y est opposé , et il a ses raisons , pour notre bien . C’est lui qui nous a faits
et il connait nos émotions et les conséquences spirituelles de chaque acte de notre vie.
Il ne faut pas s’imaginer qu’il dénigre la sexualité , bien au contraire , c’est une merveille qu’il a créée.
La sexualité des fiancés devrait se limiter aux baisers. En fait , la sexualité est tellement belle et noble qu’elle risque de prendre beaucoup de place au niveau affectif et physique et diminuer grandement la capacité de discernement nécéssaire . L’attraction est tellement intense qu’on risque d’oublier
les autres composantes de la relation et pourtant il faut tout prendre en compte avant de s’engager
dans un mariage.
Vivre ou coucher ensemble pendant les fiançailles, c’est quelque part tromper l’autre
car on dit qu’on se donne à lui , mais se donner à l’ autre totalement est une décision
qui n’est pas encore prise réellement au fond du coeur .
Et même si on le croit , personne n’est sûr de ne pas changer d’ avis le lendemain.
Or l’ acte sexuel a un impact important au niveau spirituel , moral , mental et émotionnel .
Ne pas encore vivre ensemble est donc une décision de qualité inestimable et un choix de vérité
que les futurs époux ne regretteront jamais.

Pourquoi se marier

Le mariage selon Dieu


Il est institué par le Seigneur : "Dès le commencement. " Matthieu 19. 4.5 Dieu dit : " Il n'est pas bon que l' homme soit seul, je lui ferai une aide semblable à lui." (Genèse 2 : 18)
" C'est pourquoi l' homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme,
et il deviendront une seule chair. " (Genèse 2. 24 et Matthieu 19. 4 et 5)

Le mariage est un engagement et une union
(Hébreux 13. 4)
Cela est confirmé par Jésus, qui ajoute : "Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont devenus
une seule chair. Que l' homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint." (Matthieu 19. 5, Marc 10. 7)
Le mariage ne se résume pas à la cérémonie ou l' acte civil.
C' est d' abord l' union voulue et réalisée par un homme et une femme, qui s'engagent
l'un envers l'autre et fondent ensemble un foyer.
Ils deviennent " Un " :
" l' homme quittera son père et sa mère et il s'attachera à sa femme et ils deviendront une seule chair "
Par l' expression " une seule chair " on peut comprendre " une seule personne ", une même âme, un même amour, une communion.
L' union physique d'un homme et d' une femme est considérée comme un acte aux conséquences déterminantes parce qu' elle implique " une union plus intime, celle de l' âme. " (1 Corinthiens 6. 16)
C'est la formation d'un couple dans le sens le plus profond : Ils deviennent "Un." (Marc 10. 8)
Le mariage est une institution divine, confirmée par Jésus et enseignée par les apôtres.
Les termes " maris, femmes, épouses, époux, fiancé et fiancée, mariage, noces..." reviennent constamment dans les Ecritures, que ce soit dans l'Ancien ou le Nouveau Testament.
Le mariage est établi pour durer toute une vie et doit être honoré.
L' auteur de l'épître aux Hébreux ajoute: "Que le mariage soit honoré de tous." (Hébreux 13. 4)
Le Seigneur élève le mariage à sa dimension spirituelle, en scellant l' union
du Seigneur Jésus-Christ et de son église. (Éphésiens 5. 31/32)
A ce sujet, il est question des noces de l'Agneau, de l'épouse de l'Agneau, de l'époux et l'épouse... L' union de Christ et de son église est présentée comme le modèle du mariage selon le plan de Dieu.
Un jeune homme et une jeune fille qui se fiançaient ne couchaient ensemble
(le terme est " se connaître"), qu' après que le mariage eût été célébré. (Esaïe. 62.5)
C' était une loi en Israël. (Deutéronome 22. 20 et 21)
C' est une règle morale normale parmi la plupart des peuples, à plus forte raison pour les chrétiens.
(1 Thessaloniciens 4. 3 à 5)

Le couple chrétien
Le couple est soumis à l' influence des traditions et des coutumes selon les peuples, les cultures et les religions, dans lesquels il vit.
Chez certains peuples, autrefois et encore aujourd'hui, le mariage est l'affaire des parents de chacun
des futurs époux. Les fiancés sont choisis par d'autres et les mariages conclus sur la base de tractations de dots ou d'échanges : parfois quelques chameaux ou plus selon la valeur estimée
de la fiancée...
Isaac n'eut pas beaucoup d'initiative dans le choix de son épouse. Et pourtant il l'aima !
Aujourd'hui, en Europe, dans les pays christianisés et modernes les choses sont heureusement
bien différentes.
" Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement
de l' intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon,
agréable et parfait. " (Romains 12. 2)
premièrement Dieu a créé l'être humain dans ses différentes composantes : esprit, âme et corps.
Ce dont nous devons tenir compte.
L' être humain n'est pas un ange, un esprit... Il n'est pas non plus un animal doté d'un instinct.
L' être humain est un être raisonnable, doué d'intelligence et de volonté propre, de réflexion
et de libre arbitre.
Il peut choisir et décider de ses projets...Il n'est pas programmé d'un instinct reproducteur, migrateur, nourricier...Il ne subit pas, contrairement à ce que nous pourrions croire...
L' être humain est créé " couple .".. comme on le note dès le livre de la Genèse.
" Dieu le créa mâle et femelle, Adam = homme (Ich) et Eve = femme (Icha), dans le but d'être heureux,
(il n'est pas bon que l' homme soit seul) et aussi de se perpétuer.
La complémentarité ne provient pas d'un choix humain, mais divin. (Genèse 2. 18)
Dans le vocabulaire divin il est question du mari et de sa femme, de l' époux et de l'épouse.

La célébration du mariage

Elle varie selon les pays, les coutumes et les religions, mais le mariage est une institution respectée et pratiquée parmi tous les peuples, les tribus ou les civilisations. (Genèse 19. 31)
Il peut être accompagné de cérémonies religieuses ou civiles, de réjouissances, de fêtes.
Il peut aussi se pratiquer dans la plus simple intimité. (Genèse 24. 67)
Pour les chrétiens, l' Église consacre et bénit l'engagement de deux de ses membres en son sein, au cours d'une assemblée spécialement réunie dans ce but.
Le mariage civil est officialisé par le magistrat de la cité. Il est bon de préciser que les autorités civiles sont aussi des institutions divines. (Romains 13. 1 à 7)
De toutes façons, le mariage institue la vie officielle d' un couple dans la société,
quelque soit le peuple, la tribu ou la religion.

Bâtir son couple

Il est très important que nous donnions la priorité aux enseignements de la Parole de Dieu , la Bible , dans toutes les circonstances de notre vie, pour une bonne réussite.
Construire une vie de couple, c'est un peu comme construire une maison. Pour que celle-ci tienne debout, il faut un bon terrain, des matériaux de bonne qualité, un bon architecte et un bon maçon.
Le bon architecte, c'est Dieu, le concepteur du mariage.
Ensuite, il est important de choisir ensemble le bon terrain, celui de nos croyances, de nos valeurs communes, c'est cela qui va nous permettre de construire sur des bases solides.
Puis il faut retrousser ses manches et travailler, travailler encore, pour élever les murs
avec le ciment de l'amour et du pardon.
Entre autres, le chapître 7 de la première Lettre aux Corinthiens contient des instructions et des conseils de l' apôtre Paul concernant les principes de la vie commune du couple marié.

Les cinq aspects de la vie de couple


Quitter
Un couple marié depuis 7 ans avec 3 enfants disait dernièrement " Nous habitons la même maison que nos parents : eux sont au 1er étage et nous au rez de chaussée. Ils ne respectent pas notre choix de vie, et nous trouvent trop rigides avec nos enfants. Ils interviennent dans leur éducation. Mon mari n' ose pas poser les limites à ses parents, et vous imaginez les conflits qui s'en suivent entre nous ."
Ce couple a bien sûr négligé de mettre en pratique la première recommandation de Dieu :
quitter père et mère.
Il y a parfois un avantage matériel à rester habiter chez les parents, mais quelles difficultés s'en suivent si l' on ne pose pas des limites claires. Il est vrai que c'est plus facile de quitter l'autorité
des parents quand on a mis une distance géographique entre eux et nous. Toutefois,
il est possible de vivre une vie de couple en autonomie en expliquant aux parents qu'ils doivent maintenant nous laisser vivre le style de vie que nous avons choisi, et qu'ils doivent rester
à leur place c'est à dire derrière, comme soutien et non plus comme acteurs principaux.
Comment quitter ? Dans la paix, mais avec fermeté si nécessaire.
En tant que couple, nous n'avons plus à nous soumettre à l'autorité de nos parents,
mais entrer dans la dimension de la soumission mutuelle, et de l' interdépendance..
C'est indispensable pour arriver à construire sa vie de couple, et éduquer ses enfants.
Veiller à bien faire la différence dans nos coeurs entre honorer ses parents et continuer à leur obéir plus ou moins consciemment. Honorer et respecter nos parents est un commandement
auquel nous devons obéir jusqu'à la fin de nos jours.
Par contre, il est important qu'en tant que couple nous décidions de re-choisir nos propres valeurs, celles que nous voulons garder de l'éducation de nos parents respectifs, et celles que nous allons laisser tomber. Choisir notre mode de vie et apprendre à faire des choix en accord l'un avec l'autre
est une démarche d'adulte. Les conseils de nos aînés peuvent être utiles parfois et être intégrés
dans notre réflexion de couple. Mais il est faux et dangereux de n'oser rien décider
sans l'aval des parents. Cela nous empêche de mûrir et de devenir responsable.

S'attacher
L'attachement est un processus, et ce n'est pas l'amour fou que l'on ressent au début de la relation amoureuse qui se concrétise par le mariage et le don sexuel. C' est une tout autre réalité,
car il se construit tout au long de la vie. En Hébreux il correspond à " s'appliquer à tenir ferme, et à rester uni ." En grec, il évoque l' image de deux feuilles de papier collées sur toute leur surface,
et que l'on ne peut détacher sans qu'elles se déchirent.
L'attachement se transforme et grandit tout au long des différentes étapes de la vie :
pendant la lune de miel comme sur le long terme. Il se fait dans un fondu enchaîné au fur et à mesure
que l'on se détache des parents. C'est mon conjoint qui devient mon plus proche prochain,
c'est avec lui que je veux bâtir. Cela va donc nécessiter certains choix, qui vont m'amener à lâcher
certaines attitudes, priorités ou relations pour en choisir d'autres qui permettront la consolidation de mes liens dans le couple.
Comme un enfant, le couple naît, se développe et mûrit, s'épanouit, mais il peut aussi régresser.
Il demande des soins constants.
Chaque temps de la vie d'un couple a ses caractéristiques propres. Chaque choix a ses conséquences, ses problèmes et ses ajustements. Celui de l'arrivée de l'enfant en fait partie.
La question à nous poser chacun personnellement est : Comment gérons nous les difficultés, les problèmes se posant à nous chaque jour, et qui peuvent nuire à la consolidation de notre couple ?
Arrivons-nous à en parler calmement, avec maturité, réalisme, en ayant une bonne communication entre nous dans la vérité et l'amour ?
Ou avons-nous tendance à nous décharger sur l'autre, en l'accusant ?
Toute la problématique de la vie de couple réside dans notre façon de gérer nos conflits.
C'est tout un apprentissage car toute relation peut être génératrice de tension, tout simplement parce que nous sommes différents.
Il est donc utile de nous interroger sur notre manière de réagir, savoir reconnaître nos torts,
apprendre à communiquer, à nous écouter et nous demander pardon quand cela est nécessaire.
Reconnaître nos responsabilités dans un conflit, et vivre le pardon réciproque est source de croissance et d'attachement.
Considérons un peu plus longuement ces différentes étapes de la vie d'un couple :
  • La lune de miel :
    Nous en rêvons tous et elle est chargée d'une bonne dose d'attentes. Cela est un temps de grand bonheur.
    Il arrive aussi parfois que la découverte de l'autre, de ses besoins, de son intimité, de ses traits de caractère cachés apporte quelque déconvenue et nous plonge dans la perplexité. "
    Il ou elle n'est donc pas tout à fait ce que j'avais rêvé... "
  • L' organisation de la vie commune :
    Très vite le couple va être appelé à s'entendre sur un ensemble de questions pratiques : l'argent, les loisirs, l'alimentation, les tâches respectives, les habitudes (celui qui est du soir, celui qui est du matin, elle veut dormir la fenêtre ouverte, je la veux fermée,
    volets et rideaux tirés).
    Puis il y a les relations avec la famille, les amis, les engagements dans le sport, dans l'église,
    dans la cité. Autant de choses qui vont nécessiter dialogue et négociation,
    si l'on veut préserver l'unité, car il est essentiel d'éviter que se mette en place un style de vie
    caractérisé par deux cheminements parallèles.
  • L' organisation à long terme :
    Elle nécessite des décisions qui engagent le couple dans ses valeurs et sa durée :
    la venue et le nombre d'enfants, la vie professionnelle de chacun des époux,
    l'achat ou non d'un logement.
    Il est important de réfléchir à tous ces choix, et de les rediscuter régulièrement,
    pour voir ce qui doit être réajusté.
  • L' arrivée de l'enfant :
    Autrefois il arrivait dans la première année du mariage, ce qui n'est plus souvent le cas. Aujourd'hui, grâce aux méthodes de contraception, une grande liberté de choix existe. L'enfant arrive donc parfois plusieurs années après le mariage.
    Si cela représente un avantage par rapport au budget du couple ou de la possibilité de choix,
    il n'en demeure pas moins un temps de grand bouleversement.
    problèmes de fatigue de la mère, et du père aussi, pour qui les nuits sont plus courtes,
    et les journées de travail tout aussi longues.
    Toutefois, l'arrivée de l'enfant demeure une grande source d'épanouissement, même s'il peut créer des turbulences dans le duo amoureux.
    C'est un temps de mûrissement et d'apprentissage du don de soi.
    Auteur G. Gaasch ( source “ Famille je t’aime ” )

Entretenir par le dialogue
  1. Sachez écouter avec attention et ne répondre que lorsque votre conjoint a fini de parler.
    " Celui qui répond avant d'avoir écouté fait un acte de folie et s'attire la confusion. "
    (Proverbes 18. 13)
    " Ainsi, que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère. " (Jacques 1. 19)
  2. Soyez lent à parler. Réfléchissez d'abord. Parlez de telle façon que votre conjoint
    comprenne bien ce que vous voulez dire.
    " Le coeur du juste médite pour répondre, mais la bouche des méchants répand de la méchanceté. " (Proverbes 15. 28)
    " Si tu vois un homme irréfléchi dans ses paroles, il y a plus à espérer d'un insensé que de lui." (Proverbes 29. 20)
  3. Dites toujours la vérité, mais dans l'amour. N' exagérerez en rien.
    " C'est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain ; car nous sommes membres les uns des autres." (Éphésiens 4. 25)
    "Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du "vieil homme " et de ses oeuvres."
    (Colossiens 3. 9)
  4. N'utilisez pas le silence pour frustrer votre conjoint. Expliquez-lui la raison de votre hésitation momentanée.
    " Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur."
    Marchez comme des enfants de lumière !
    Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. Examinez ce qui est agréable au Seigneur. " (Éphésiens 5. 8 à 10)
  5. Ne vous querellez point; n'oubliez pas qu'il est possible d'avoir un avis différent sans pour autant devoir se disputer.
    " Commencer une querelle, c'est ouvrir une digue; avant que la dispute s'anime, retire-toi. " (Proverbes 17. 14)
    " C'est une gloire pour l' homme de s'abstenir des querelles, mais tout
    insensé se livre à l'emportement." (Proverbes 20. 3)
  6. Soyez aimable dans vos réponses. Ne répliquez pas avec colère.
    " Celui qui est lent à la colère a une grande intelligence, mais celui qui est rapide à s'emporter proclame sa folie. " (Proverbes 14. 29)
    "Une réponse douce calme la fureur, mais une parole dure excite la colère. " (Proverbes 15. 1)
  7. Sachez reconnaître vos torts et demander pardon.
    " Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris." (Jacques 5. 16) " Supportez- vous les uns les autres, et, si l' un a sujet de se plaindre de l'autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Jésus vous a pardonné, pardonnez vous aussi. "
    (Colossiens 3. 13)
  8. Cessez de harceler votre conjoint de doléances. Evitez de l'agacer continuellement.
    " Celui qui parle beaucoup ne manque pas de pécher, mais celui qui retient ses lèvres
    est un homme prudent." (Proverbes 10. 19)
    "Celui qui couvre une faute cherche l'amour, et celui qui la rappelle dans ses discours divise les amis." (Proverbes 17. 9)
  9. Ne critiquez pas votre conjoint et ne le blâmez pas, mais cherchez plutôt à l'encourager et à l'édifier.
    " Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes." (Romains 12. 17)
    "Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure ; bénissez, au contraire, car c'est à cela que vous avez été appelés, afin d' hériter la bénédiction. " (1 Pierre 3. 9)
  10. Cherchez à comprendre, avant d'être compris. Soyez tolérant et prenez sincèrement à coeur les intérêts de votre conjoint.
    " Ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée.
    Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l' humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.
    Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres.
    Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ. " (Philippiens 2. 2-5)
    " Marchez d'une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec amour vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix. " (Éphésiens 4. 1-3)
    Auteur S.H Service Compassion


S'unir dans l'âme
L'apôtre Paul écrivant aux premiers chrétiens leur demandait de s'efforcer d'avoir un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée... après avoir parlé de consolation,
de soulagement, de communion d'esprit, de compassion et de miséricorde... (Philippiens 2. 1/2)
Si cela est nécessaire à l'édification d' une église, à plus forte raison est-ce indispensable
à l' harmonie de la famille chrétienne.
St Exupéry a dit que s'aimer ce n'était pas se regarder dans les yeux, mais regarder dans la même direction. Nous sentons bien que ceci est tellement vrai. Un jour devant l' interrogation étonnée
d'une personne, un homme répondait en parlant de la femme qu' il aimait : " Mais j'aime son âme! "
L'âme c'est notre personne réelle, tout ce qui fait l' expression de notre vie.
N'est-il pas dit de Jonathan le fils du roi Saül, au sujet de David qu' il l'aimait comme son âme...
La force d'un couple chrétien, c'est de réaliser que leur union est aussi spirituelle,
afin de prier ensemble, avant les repas, le matin ou dans la journée, le soir après la journée de travail...
C'est dans les moments intimes de la prière en commun que se trouvent résolus les problèmes qui viennent perturber l'union du couple, lorsque chacun rentre de son travail tendu et fatigué.
Ne serait-ce pas l'occasion de faire un effort pour se recueillir ensemble et remettre les choses au Seigneur?
Prier ensemble afin de rendre grâce à Dieu pour ses bienfaits, de lui confier ses projets
et ses besoins, de lui demander du secours dans l'épreuve...
Jésus dit que si deux sont d'accord pour demander quelque chose, Dieu les exaucera.
Enfin, le couple chrétien sert le Seigneur ensemble, dans sa foi, dans son témoignage,
dans ses engagements et ses actions au service de son prochain, dans sa vie d'église, dans le ministère.
Lorsque l'âme des époux est unie, c'est l'assurance d'une vie familiale équilibrée et harmonieuse,
un témoignage pour les enfants et un atout supplémentaire pour leur bonne éducation.
Auteur L.G

La relation sexuelle
Le cinquième aspect de la vie de couple, prévu par Dieu, nous rappelle que la sexualité s'inscrit
dans le projet de bonheur du Créateur.
Il l'a prévue pour notre joie, et non pas pour la souffrance et les abus.
La Bible développe une approche positive et non pas culpabilisante comme on l'a trop souvent entendu.
Le Cantique des cantiques nous décrit le chant d'amour de la bien-aimée et de son bien-aimé.
C'est sans doute un des plus beaux poèmes d'amour jamais écrit, et il se trouve dans la Bible.
Aussi dans le livre du Deutéronome 24. 5 :
" Lorsqu'un homme sera nouvellement marié, il n' ira pas à l'armée, on ne lui imposera aucune charge, et il sera exempté pour raison de famille, pendant un an et il réjouira la femme qu'il a prise ."
Dieu a vraiment pensé à tout !
Notre sexualité est donc un don de Dieu. C'est un puissant facteur d'unité dans le couple. Un moyen merveilleux pour remplir notre réservoir émotionnel.
Nous avons tout autant besoin qu'un bébé d'être touché, caressé, aimé par les mots et par les gestes.
Il convient de rappeler que vie sexuelle et vie spirituelle ont un lien étroit.
" Ne vous privez pas l'un de l'autre, si ce n'est d'un commun accord, pour un temps, et pour vaquer
à la prière, puis retournez l'un vers l'autre. Il ne faut pas donner à Satan l'occasion de vous tenter. "
nous dit Paul en 1 Corinthiens 7: 5.
Quelle sagesse dans cette parole ! Dieu reconnaît que nous avons des besoins sexuels
et qu'il est normal de les exprimer et de les satisfaire dans le couple.
N'utilisons pas trop facilement le prétexte de la fatigue, pour nous refuser.
Notre vie sexuelle est aussi importante que notre vie spirituelle, car elles sont source d'unité
et le moteur de notre sexualité, c'est cette unité affective.
La sexualité n'est pas une invention humaine. Elle fait partie de l' ensemble des facultés que Dieu a données au couple qu'il a créé : " Dieu les créa mâle et femelle ." (littéralement dans le texte)
" Que le mari rende à sa femme ce qu'il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari.
La femme n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est le mari; et pareillement,
le mari n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est la femme.
Ne vous privez point l'un de l'autre, si ce n'est d' un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence."
(1 Corinthiens 7. 3 à 5)
Il est évident que ce qui préside à l' harmonie du couple c' est la recherche du plaisir de l'autre.
L'amour c'est le don de soi en premier, c' est rechercher le bonheur de l'autre,
c'est le contraire de l'égoïsme.
Naturellement, avant d'unir le corps il faut d'abord unir l'âme.
La relation amoureuse doit donc se concrétiser par de multiples signaux : dire " je t'aime ",
faire des compliments, exprimer sa reconnaissance, faire un cadeau, une surprise, donner de l'aide...
Il ne s'agit pas seulement de " faire l'amour ", mais de donner de l'amour de multiples façons,
afin de bien vivre le don de l'amour comme une joie, une fête, aussi avec mon corps.
Notre être le plus intime s’ y implique.
Pour conclure, j'aimerais rappeler cette parole de Genèse 1. 27-28 " Dieu créa l' homme à son image, il le créa homme et femme...et d'ajouter : Dieu vit tout ce qu'il avait créé, et voici, cela était très bon ."
Ce que le Créateur a déclaré très bon, ne le méprisons pas mais vivons-le dans la joie
et la reconnaissance, afin que le Seigneur soit glorifié dans tous les domaines de notre vie.
Auteur G. Gaasch (source “Famille je t’aime”) (partiel)

La régulation des naissances

et la contraception

Les moyens contraceptifs acceptés par Dieu sont le préservatif , le diaphragme,
l’ observation des jours de menstruation , la méthode des températures .
En revanche les moyens qui viennent tuer le petit être déjà formé lorsque le spermatozoïde est entré dans l’ ovule sont évidemment condamnés par Dieu le Créateur.
C’est le cas du stérilet , de la pilule du lendemain et d’un grand nombre de pilules très communes aujourd’hui.

(Celles qui modifient la glaire utérine et rendent la nidation de l’oeuf-embryon humain impossible)

Lorsque nous lisons les Ecritures, concernant la vie familiale, nous remarquons que le nombre d'enfants par famille est très variable, comme si Dieu laissait à chacun le libre choix.
Les animaux possèdent un instinct reproducteur... L'être humain est un être autonome, il gère sa vie et est responsable de ses actes.
Ève s'exclame à la naissance de son fils premier-né : " J'ai formé un homme avec l' aide de l'Éternel. " (Genèse 4. 1-2)
Il y a dans ce texte la notion de dépendance de Dieu et de responsabilité du couple.
La vie vient de Dieu, mais c'est l'être humain qui pratique l'acte concepteur.
Peut être pourrions nous adapter à ce domaine aussi la parabole de Jésus, concernant l' homme qui s'assied pour calculer la dépense avant de construire...
La foi n'est pas de l' inconscience ou de la légèreté coupable. l' homme et la femme apportent chacun leur contribution à la formation d'un enfant, dans un accord réciproque, mais c'est Dieu qui donne le souffle de vie et qui va former le corps dans le sein maternel.
" C'est toi qui as formé mes reins, qui m'as tissé dans le sein de ma mère." (Psaumes 139. 13)
" Souviens-toi que tu m'as façonné comme de l'argile; voudrais-tu de nouveau me réduire en poussière? Ne m'as-tu pas coulé comme du lait ? Ne m'as-tu pas caillé comme du fromage ? Tu m'as revêtu de peau et de chair, tu m'as tissé d'os et de nerfs, tu m'as accordé ta grâce avec la vie, tu m'as conservé par tes soins et sous ta garde. " (Job 10. 9 à 12)
Avant que je t ' aie formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu sois sorti de son sein, je t'avais consacré, je t'avais établi prophète des nations. (Jérémie 1. 5)
En lisant les Écritures nous découvrons que le Seigneur place les parents devant leurs responsabilités concernant l'éducation de leurs enfants et nous remarquons aussi que l' attitude des enfants à l'égard de leurs parents doit être l'obéissance, le respect et bien sûr l'amour.
(Proverbes 22. 6 – Deutéronome 4. 9 – Éphésiens 6. 4)
C'est dans la mesure où chacun observera les instructions du Seigneur, que la bénédiction divine reposera sur la famille et par la suite sur chacun de ses membres.

Le célibat

Il peut être un problème en fonction de ce qu'il est accepté ou obligé, bien géré ou mal vécu...
Pour certains, il est don de Dieu :
"Je voudrais que tous les hommes soient comme moi; mais chacun tient de Dieu un don particulier,
l ' un d'une manière, l ' autre d'une autre." (1 Corinthiens 7. 7)
Lorsqu' il s'agit d'un don de Dieu, le célibat se vit sans problème.
Pour d'autres il est un choix personnel :
" Mais celui qui a pris une ferme résolution, sans contrainte et avec l'exercice de sa propre volonté, et qui a décidé en son coeur de garder sa virginité, celui-là fait bien." (1 Corinthiens 7. 37)
Quand il résulte d'un choix personnel, il demande profonde réflexion, détermination et ressources spirituelles.
Enfin, pour beaucoup, il est subi et peut alors engendrer un grand désarroi et une profonde détresse. Les célibataires obligés ont, plus que d'autres, besoin du soutien affectueux et discret de l'église.
Ils ont besoin d' encouragement dans la confiance en leur Père céleste qui connaît mieux que quiconque leur souffrance et leur attente et va leur donner un conjoint sans tarder.
En ce qui concerne le veuvage : on peut demeurer veuf, veuve ou se remarier.
"Une femme est liée aussi longtemps que son mari est vivant; mais si le mari meurt, elle est libre de se marier à qui elle veut; seulement, que ce soit dans le Seigneur." (1 Corinthiens 7. 39)
Passage concernant spécialement les veufs et veuves (1 Tim 5. 3 à16)

Le concubinage

Vivre " à la colle " avec un copain ou une copine, ou " union libre " ou " mariage à l'essai ."
La Bible appelle cela "fornication".

Qu' en dit la Bible ?
" Fuyez la fornication : quelque péché que l' homme commette, il est hors du corps,
mais le fornicateur pèche contre son propre corps. Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, et que vous avez reçu de Dieu?
Et vous n' êtes pas à vous-mêmes ; car vous avez été achetés à prix. Glorifiez donc le Seigneur dans votre corps. " (1 Corinthiens 6. 18 à 20)
"Ayez en horreur le mal... " (Romains 12 : 9)

La fornication
Ce mot, qui n'est plus employé aujourd'hui, se rencontre souvent dans la Parole de Dieu.
Il désigne toutes les relations sexuelles avant ou en dehors du mariage. Hébreux 13. 4 et 1 Corinthiens 7. 2.
Dans le monde d'aujourd'hui, si le mot n'est guère utilisé,
le péché (ou faute) qu'il désigne est généralisé et de moins en moins caché.
Nous sommes entourés de situations portant ce caractère de fornication : accouplement occasionnel, conjoints infidèles, partenaires de rencontre, vie en concubinage.
Le chrétien est donc en danger de s' habituer à cette forme de vie anormale et peut finir
par avoir une conscience émoussée par cette déviance.
Ce qui compte ce n'est pas ce que pensent les gens autour de nous, c'est ce que dit la Bible,
la Parole de Dieu, à laquelle le croyant se conforme dans le respect de Dieu ,
sachant que lui seul connait tous les secrets du bonheur humain.
Dans six de ses lettres, l' apôtre Paul, conduit par le Saint Esprit, souligne la gravité
de cette façon de vivre qui appelle un jugement de Dieu sur ceux qui la suivent.
Lire 1 Corinthiens 6. 9 à 11, Éphésiens 5. 3 à 7, Galates 5. 19 à 21, 2 Corinthiens 12. 21,
Colossiens 3. 5 à 7, 1 Thessaloniciens 4, 3 à 8.
En Éphésiens 5, 5, il est déclaré solennellement qu' aucun fornicateur n'a d' héritage dans le Royaume de Jesus et de Dieu, de même en Galates 5. 21 et 1 Corinthiens 6. 10.

Nuire à son propre corps
" Que le Dieu de paix lui-même vous sanctifie entièrement et que votre esprit, votre âme
et votre corps tout entiers soient conservés sans reproche pour la venue de notre Seigneur Jésus Christ."
(1 Thessaloniciens 5. 23)
Ainsi la Parole de Dieu distingue dans l' homme :
  1. L'esprit par lequel nous avons conscience de Dieu et par lequel nous entrons en communication avec le monde spirituel. Il est éternel.
  2. L'âme qui est la personnalité humaine, le centre des décisions. Elle est en rapport avec Dieu par l' esprit et avec la terre par le corps. Elle dispose de l' intelligence, du raisonnement,
    du psychisme, de l' affectivité, de la mémoire... Elle s'éteint lors du décès.
  3. Le corps qui est la partie physique de notre être, qui comprend aussi nos cinq sens et nos instincts.
La fornication n'est pas seulement un péché contre Dieu et contre son âme ; c'est aussi un péché contre son corps; " Le fornicateur pèche contre son propre corps. " (1 Corinthiens 6. 18)
Dans la première épître aux Corinthiens, au chapitre six, l' apôtre Paul traite le sujet de la fornication souillant le corps et il présente sept raisons importantes pour fuir ce péché.
  1. Or le corps n'est pas pour la fornication, mais pour le Seigneur (v. 13)
    Dans le chapitre 12 de l'épître aux Romains, Paul écrit: " Je vous exhorte donc, frères,
    par les compassions de Dieu, à présenter vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu,
    ce qui est votre service intelligent ."
    Le corps du croyant est destiné à être mis au service du Seigneur. Le corps doit être saint pour être utilisé par celui qui est Très-Saint. Le concubin s' exclut de tout service, car l' instrument de son activité, c'est-à-dire son corps, est souillé, et il ne peut donc être utilisé par le Seigneur."
  2. Le Seigneur est pour le corps (v. 13)
    Le Seigneur s'occupe de nos corps. Les médecins, les chirurgiens savent combien
    est phénoménal et merveilleux le fonctionnement du système nerveux, du système digestif, des muscles,
    des cellules, des organes de reproduction. Qui est à l'origine de l' harmonie du corps ?
    C' est le Seigneur, le Créateur qui soutient toutes choses par la parole de sa puissance.
    On comprend donc que notre corps, objet de l' attention du Seigneur-Créateur,
    ne doit pas être souillé de quelque manière que ce soit. (2 Corinthiens 7. 1)
  3. Mais Dieu a ressuscité Jésus et il nous ressuscitera par sa puissance (v. 14)
    Dieu a ressuscité le corps du Seigneur Jésus parce que son corps faisait partie de sa personne. De même, nos corps font partie de notre personne et ont du prix aux yeux de Dieu. Ils seront ressuscités (ou changés, si nous sommes vivants au moment du retour du Seigneur), pour devenir semblables au corps de gloire du Seigneur Jésus.
    Ils occuperont donc une place éternelle dans la gloire avec lui.
    Cette résurrection de nos corps pour être enlevés au ciel ne montre-t-elle pas leur valeur
    pour Dieu et accepterions-nous de les souiller par la fornication ?
    Ils sont destinés au Ciel où tout est lumière et sainteté.
  4. " Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ ?
    prendrai-je donc les membres du Christ pour en faire les membres d'une prostituée ?
    Qu' ainsi n' advienne ! " (v. 15)
    Les croyants constituent les membres du corps dont Christ est la tête déjà glorifiée
    dans le Ciel :
    " Tous les membres du corps, quoiqu'ils soient plusieurs, sont un seul corps,
    ainsi aussi est le Christ ." (1 Corinthiens 12. 12)
    Quand on se laisse aller au péché de fornication, on prend donc les membres de Christ
    pour en faire, par exemple, les membres d' une prostituée.
    En exprimant cela, Paul s'exclame dans un cri d'indignation : " Qu' ainsi n'advienne ! "
  5. Ne savez-vous pas que celui qui est uni à une prostituée est un seul corps avec elle ?"
    Car les deux, dit-il, seront une seule chair " ; mais celui qui est uni au Seigneur
    est un seul esprit avec lui. "(v.16-17)
    Pour un homme, s'unir à une prostituée ou à une femme de rencontre, c'est être un seul corps avec elle. Or, contrairement à la vie normale d'un couple, il n' y a entre eux aucun sentiment, aucune affection, aucune pensée commune, sinon un attrait physique.
    C' est contre l'ordre de la nature établi par le Créateur, selon lequel l' homme et la femme
    s'attachent d'abord l'un à l'autre par amour et se lient publiquement dans le mariage
    avant d' unir leurs corps, pour " être une seule chair " et compléter par cela
    leur attachement de coeur et d' esprit.
    Or, le croyant est déjà uni au Seigneur, il est un seul esprit avec lui.
    Un jour notre âme et notre corps seront aussi avec Christ dans la gloire.
    On voit donc que la fornication renverse complètement l' ordre moral établi par le Créateur, pour l' homme, sa créature de prédilection.
  6. Fuyez la fornication : " quelque péché que l' homme commette, Il est hors du corps,
    mais le fornicateur pèche contre son propre corps.
    Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous? " (v. 18.19)
    Nous rendons-nous compte de l'étendue d' une telle bénédiction, à savoir que nous sommes le temple du Saint Esprit ?
    Chaque croyant peut dire que le Saint Esprit, cette personne divine, est venu habiter en lui, dans son corps. Nous l' avons reçu de Dieu comme un don.
    Notre corps est le sanctuaire dans lequel le Saint Esprit a établi sa résidence définitive, éternelle !
    Notre corps a été purifié une fois pour toutes par le sang qui a coulé à Golgotha du côté percé du Seigneur. Il est ainsi un sanctuaire réservé pour héberger cet hôte divin. Ne souillons donc pas ce sanctuaire par la fornication.
  7. " Vous n'appartenez pas à vous-mêmes ; car vous avez été rachetés à grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps " (v. 19. 20)
    Le terme acheté contient une idée de propriété ; nous ne nous appartenons plus à nous-mêmes, nous appartenons à Dieu.
    Pensons à ce que Dieu a dû payer pour acquérir pour lui chacun des croyants. Il a dû donner son Fils unique en rançon pour nous à la croix du Calvaire.
    Voilà le prix payé par Dieu pour nous racheter (corps, âme et esprit) ; c'est un prix infini.
    Sachons donc mettre nos corps à la disposition de Dieu, pour le glorifier et non pour le déshonorer.

Que faire en face de la tentation

Dieu connaît parfaitement la faiblesse humaine en face de la tentation sexuelle,
car " la chair est faible ."
Il donne un ordre plein de miséricorde; il nous dit: "fuyez la fornication".
Il faut nous en éloigner le plus vite et le plus loin possible comme on fuit un serpent.
" Ayez en horreur le mal... " Romains 12. 9
On ne s'amuse pas en face d'un serpent, on ne le caresse pas, on ne le prend pas dans ses bras,
on ne se met même pas en face de lui pour le regarder ; sa morsure est mortelle.
Ainsi nous devons nous abstenir de toute compagnie douteuse, fermer nos oreilles à toute proposition équivoque. (Proverbes 5 et 7. 6-23)
Il faut fuir aussi les lieux où le monde parle de sujets scabreux (Éphésiens 5. 3 et 4), fuir les films, les sites, les lectures et les images qui excitent les passions et les convoitises et souillent nos pensées.
Que le Seigneur est bon de donner à chaque croyant la solution : fuir, ne pas toucher, ne pas écouter, mais fuir celle qui est appelée la femme étrangère, celle qui n'est pas notre propre femme. De même les femmes croyantes doivent fuir les hommes qui les mettent en tentation.
La tentation peut être très subtile et presque toujours elle se dissimule au départ sous la forme de camaraderie, d' amitié.

On "sort " ensemble
Nous baignons dans un monde de corruption à la recherche du plaisir ; aussi l' agression que subissent nos esprits et nos âmes par l' immoralité qui s'étale sans retenue est un danger redoutable, en particulier pour les jeunes.
Cependant les ressources d' En Haut sont à la disposition de chacun. Oui, chacun peut compter comme Daniel à la cour du roi de Babylone, comme Joseph dans la maison de Potiphar,
sur la force de résistance que le Seigneur donne à ceux qui marchent dans la piété
et qui veulent lui rester fidèles.
Mais certains jeunes diront peut-être: Quel mal y a-t-il à vivre ensemble avec un ami ou une amie ?
Cela ne fait de tort à personne. Qu' est-ce que cela change de passer devant le maire ?
Examinons à la lumière de l'Ecriture ce que valent ces réflexions :
  1. Quel mal y a-t-il à vivre ensemble avec une amie ou un ami ?
    Cette forme de vie commune s'appelle le concubinage; elle se généralise aujourd'hui,
    mais n' est pas selon Dieu qui, lui, n'a pas changé ses règles morales.
    Dans la Bible la femme légitime est toujours distinguée de la concubine.
    Quand le Seigneur Jésus s'adresse à une femme de la Samarie pour la convaincre de péché, il fait cette distinction :
    "Tu as eu successivement cinq maris, mais celui que tu as maintenant n'est pas ton mari." (Jean 4. 18)
    Et Hébreux 13. 4 déclare positivement : " Que le mariage soit tenu en honneur à tous égards."
    Le mariage pour la vie est un don merveilleux fait à l' homme. (Genèse 2. 23) Il implique, comme tout privilège, des devoirs et des responsabilités. Aujourd'hui beaucoup de jeunes considèrent cette vie commune comme provisoire ou à l'essai avec le refus des contraintes familiales et sans engagement de fidélité pour la vie. Il y a confusion entre plaisir sexuel et amour conjugal.
    Vivre en concubinage outrage Dieu et constitue une désobéissance à l' ordre du Dieu créateur. Rappelons que l' institution du mariage a été donnée comme image de l' union spirituelle du Christ avec l' Église.
  2. En vivant à deux, on ne fait tort à personne.
    Comme nous l'avons vu dans les pages précédentes, le concubinage fait tort à l'esprit,
    à l'âme et au corps des deux partenaires. S' il y a des enfants issus du concubinage,
    ils sont grandement touchés par ce manque d' union de leurs parents.
  3. Qu'est-ce que cela change de passer devant le maire?
    Se marier officiellement est plus qu'un simple acte à la mairie; c' est s'engager publiquement
    à l'amour et à la fidélité réciproque, au secours mutuel pour toute la vie.
    Ne pas vouloir s'engager publiquement, n'est-ce pas la preuve
    que l'on ne veut pas s' engager définitivement ?
Le pardon de Dieu pour ceux qui veulent changer
La fornication est la première des oeuvres de la chair citées en Galates 5. Si nous ne vivons pas habituellement en communion avec le Seigneur pour que sa puissance et sa grâce nous gardent, nous chrétiens " nés de nouveau " sommes capables, hélas, d'accomplir toutes les oeuvres de la chair.
Nous devons tenir la chair dans la mort, réalisant par la foi que nous avons été ensevelis avec Christ.
Si une personne a succombé à la tentation, qu' elle n'oublie jamais qu'il y a un chemin de retour
vers Dieu : " Si nous confessons nos péchés, Dieu est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute iniquité." (1 Jean 1. 9)
On fera cette confession sincère à Dieu et en droiture de coeur, en reconnaissant l' outrage qui Lui a été fait " contre toi, contre toi seul j'ai péché." (Psaume 51. 4)
Aussi la confession à un chrétien très fidèle , sérieux et discret , ayant le caractère de pasteur (berger) se révèle bénéfique par l' aide qu' il peut apporter en vue d' une restauration totale.
Bien sûr il est recommandé qu’un homme parle de ses problemes à un pasteur homme et une femme à une “servante” de Dieu .

Glorifions donc Dieu dans notre corps
Le corps de chacun de nous, croyants, est à considérer comme l' instrument dans lequel
nous pouvons glorifier Dieu sur la Terre.
Ayant été achetés à si grand prix, ne mettrions-nous pas tout notre être, notre corps entre autres,
au service du Seigneur ? Comment faire ?
D'abord réalisons l'autorité absolue que le Seigneur s' est acquise sur nous par la croix.
Donc demandons-lui par la prière quelle est sa volonté.
Si nous prions sincèrement, il nous indiquera le chemin qu'il désire nous voir emprunter.
Prenons deux exemples: nos yeux et nos bouches.
  • Nos yeux
    Dans un vrai amour pour le Seigneur Jésus, occupons-les à lire la Parole de Dieu et les écrits qui nous aident à la comprendre. Ouvrons-les pour discerner le bien que nous pouvons accomplir envers nos frères et les gens autour de nous. Occupons-les par ce qui est bien. (Philippiens 4. 8 et 9)
  • Notre bouche
    Ouvrons-la pour louer Dieu. Ouvrons-la pour prier pour nous-mêmes, notre famille, nos amis, l'assemblée, le salut des perdus. Ayons des paroles d'encouragement pour ceux qui sont affligés, délaissés, solitaires, malades. Ouvrons-la pour lire aux autres un passage de la Bible.
Paul, l'apôtre, voulait que la vie de Jésus soit manifestée dans son propre corps. (2 Corinthiens 4. 10). Est-ce notre désir ? Nous sommes les représentants sur la Terre, dans notre corps, du Seigneur Jésus en attendant qu'Il transforme " le corps de notre abaissement en la conformité du corps de sa gloire." (Philippiens 3. 21).
Là-haut nous serons tous " manifestés devant le tribunal du Christ afin que chacun reçoive les choses accomplies dans le corps selon ce qu' il aura fait, soit bien, soit mal ."
Ainsi, "nous nous appliquons avec ardeur à lui être agréables." (2 Corinthiens 5. 9 et 10).
Dieu considère la relation sexuelle comme un don total de soi même. Il ne s'agit pas de se prêter un petit peu par plaisir.
Une communion tellement pleine que deux corps ne font plus qu'un ne peut pas se vivre en vérité sans un engagement de vie commune.
Qu' on y pense ou non, la relation sexuelle, au delà de l' intimité des corps, atteint les profondeurs de l'âme. C'est notre être le plus profond qui s'y implique.
Débrancher le corps de l'âme, c'est un divorce intérieur, une sorte de schizophrénie.
C'est pourquoi ce chef d'oeuvre de Dieu qu' est la sexualité doit être protégé de tout ce qui peut l'abîmer ou la pervertir.
Trop de personnes sont blessées car on leur a présenté (et fait vivre) le sexe comme un jeu.
Quand elles comprennent qu'elle ont été trompées, elles deviennent souvent incapables de croire à l'amour et c'est toute leur vie qui risque d'être détruite.
Des relations sexuelles précoces court-circuitent un cheminement amoureux en intensité,
et c'est justement à force de se tester qu'on devient incapable de se donner.
La chasteté avant le mariage, le respect de l'autre, est à l'amour ce que la stratosphère est au soleil : elle permet au soleil de l'amour de faire éclore la vie et le bonheur sans que tout soit brûlé.
Vivre une relation amoureuse dans la retenue permet à l'amour d'aller beaucoup plus profond,
et donc de rester d'autant plus fidèle.
Les centaines de milliers de jeunes qui aujourd'hui choisissent, parfois publiquement, de vivre la retenue jusqu'au mariage laissent ainsi à leur amour la possibilité de s'affiner en mille délicatesses.
Si l'amour est vrai, et empreint de confiance mutuelle manifestée dans un engagement à vie,
la vie sexuelle est toujours belle.

L'adultère

C’est le fait pour une personne mariée d’avoir une relation sexuelle avec un autre partenaire .
Dans la loi de Moïse, l' adultère est sévèrement puni...de peine de mort.
Lévitique 20. 10 : "Si un homme commet un adultère avec une femme mariée, s' il commet un adultère avec la femme de son prochain, l' homme et la femme adultères seront punis de mort."
Deutéronome 22. 22 : "Si l'on trouve un homme couché avec une femme mariée, ils mourront tous deux, l' homme qui a couché avec la femme, et la femme aussi.
Tu ôteras ainsi le mal du milieu d' Israël."
“Tu ne commettras point d’ adultère.“ (Exode 20. 14)
“ Celui qui commet adultère avec une femme manque de sens; celui veut se perdre agit de la sorte.
Il n’aura que plaie et ignominie , son opprobre ne s’effacera pas. “ (Proverbes 6. 32 et 33)
Jésus va plus loin que la loi en déclarant " adultère " toute pensée de convoitise envers une personne,
en dehors du processus normal qui est d'être amoureux de son futur partenaire ou de son conjoint.
Il disait :
" Vous avez appris qu'il a été dit : " Tu ne commettras point d'adultère."
Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter
a déjà commis un adultère avec elle dans son coeur." (Matthieu 5. 27 et 28)
Si une personne est tombée dans ce piège , qu' elle n'oublie jamais qu' il y a un chemin de retour vers le Père qui nous aime sans reproche si on veut abandonner notre mauvaise voie.
Ce chemin est indiqué à la fin du chapître précedent , au sujet du concubinage .

L'avortement

Le site recommandé à ce sujet :
www.donnemoilavie.fr.nf/


droit de naître




L' enfant encore à naître, dès l' instant de sa conception, alors qu'il n'est encore qu'un tout petit embryon a droit à la même dignité (qui commence par le droit à la vie) que toutes les personnes.
Si l'on ne peut pas définir l' instant à partir duquel l'ovule fécondé est pleinement
un être humain, il n' y a pas d'autre solution acceptable que de lui donner,
dès l' instant de la fécondation, tous les droits d'une personne humaine.

Dieu est contre l'avortement car Il est toujours pour la vie et la protège inconditionnellement,
surtout là où elle est la plus fragile et vulnérable.
C'est ce qu'Il fait tout au long de l'existence (malades, personnes handicapées, vieillards...).
Aux yeux de Dieu le Créateur,l'avortement est une abomination. C'est un meurtre caractérisé;
plus la personne assassinée est faible, plus le crime est coupable.

Lors du drame d'un viol, on ne répare pas les souffrances en tuant un innocent.
Personne n'a demandé à ce qu'il vienne, pas même lui, mais cela ne saurait justifier
qu'on se débarrasse de lui parce qu'il dérange.
S'il est utopique de chercher à avoir un monde sans guerre, injustice, violence, exclusion, torture,
il s'agit ici de ceux qui n'ont pas même leurs cris pour se défendre.
La personne qui a déjà subi le drame du viol n'a pas besoin qu'on y ajoute celui de l'avortement.
C'est toujours une blessure d'une incroyable profondeur, car elle touche à la faculté de transmettre
la vie qui est dans l'essence même de l' identité de la femme.
On peut comprendre que la femme après avoir accouché ne puisse pas élever cet enfant
qui lui rappelle son traumatisme.
Cependant de nombreuses associations proposent de trouver des familles d'accueil qui vont l'accompagner pendant sa grossesse et qui sont prêtes à garder l'enfant si,
une fois le premier choc passé, elle ne se sent toujours pas capable de le garder.

Pour ce qui est de l'enfant handicapé, il n'est pas juste de prétendre qu'il est forcément malheureux.
Ils sont souvent très joyeux. Et si il est vrai qu'il va souffrir, ça ne justifie aucunement qu'on le tue.
Car nous passons tous par la souffrance à des degrés divers, sans que ça nous ôte le droit de vivre.
La dignité d'une personne handicapée interdit qu'on s'en débarrasse.

Pour tout avortement passé , on peut recevoir le pardon si notre coeur le demande en toute sincérité.
En effet Dieu est amour et sa miséricorde triomphe du jugement.
La plupart des femmes qui ont avorté ne l' ont pas fait de gaieté de coeur, ne sachant que faire d'autre. Parfois avec des pressions immenses de la part de leur famille ou du corps médical.

Souvenons nous, enfin, que tout enfant avorté est pleinement innocent et accueilli
dans la Gloire du Paradis de Dieu pour l'éternité.


Autres pratiques sexuelles, homosexualité,

pornographie

Les personnes concernées par ces sujets importants ont besoin de savoir combien Dieu les aime
et est prêt à les épauler.
Un site excellent et très respectueux leur est dédié.
En écrivant à Domy elles recevront le moyen d' y accéder.
CONFIDENTIALITÉ ABSOLUE
 


Valid XHTML and CSS.